accueil   >   les producteurs   >   BRESSY Jérome

Jérome BRESSY

Maison
GOURT DE MAUTENS
Région
Côtes du Rhône
Biographie
Une rencontre avec Jérôme Bressy se prépare. On n'aborde pas ce jeune vigneron inquiet autant que passionné sans un certain recueillement. A l'arrivée à Rasteau, tout proche d'Orange, c'est Bruno qui reçoit. Bruno, à l'élégance scrutatrice, attend ses visiteurs avec autant de circonspection que de bienveillance. Dès qu'il se sent en confiance, les clés du royaume en mains, il nous ouvre la voie complice de la rencontre avec Jérôme et nous raconte le domaine pour lequel il vit.    Gourt de Mautens, ce sont des vignes qui peuvent avoir jusqu'à 90 ans d'âge, en parcelles sur environ 12 hectares qui donnent en douceur 12 à 15 hectolitres par hectare et sont vendangées une à une quand Jérôme les sent à maturité. Le raisin est trié grain par grain...Ici pas de fûts, des foudres à l'abri d'un délicat bâtiment ocre rose. Et un grand respect pour ce qui se concocte entre la terre, le ciel, les vignes, les intenses vibrations des éléments qui vont donner ce joyau, le Gourt de Mautens. Un vin à la robe foncée, au goût prononcé, velouté, envoûtant. Un vin qui a de l'âme, précisera un dégustateur.   Mais Jérôme Bressy reste modeste, de la modestie de ceux qui sont en écoute et en recherche permanente. Perfectionniste et généreux, il "joue" sur un fil: son choix, son chemin, c'est UN seul vin. Le Gourt de Mautens est et sera unique.Ce pari difficile est à l'honneur de l'équipe que Wine Love rencontre ce jour-là et qui entoure le vigneron d'attentions: elle le sait sur un qui-vive créateur, elle le connait aussi doux que déterminé. Il dit qu'il y a de la place pour tout le monde mais aussi que son métier est en train de basculer dans le business. Alors il va laisser ce boulot-là à ceux qui veulent y tomber.   Lui, il va vers la biodynamie, la quête absolue de son grand vin. Et au moment de nous quitter, il confie ses émotions pour les grandes bouteilles "qui s'expriment mieux en haute montagne".   Beau cadeau pour Wine Love et belle osmose aux sommets. BLC
Ses vignes
Jérôme Bressy est convaincu que 80% du travail d’un grand vin se fait à la vigne. La culture se fait en "biologie" depuis 18 ans, le père de Jérôme travaillait déjà ainsi lorsqu’il était à la cave coopérative. Les sols ont toujours été travaillés. Jérôme accentue la tendance et s’oriente vers la biodynamie depuis 5 ans. Pour le dernier millésime il a arrêté le cuivre, après un essai non réussi il y a 5 ans, mais d’autres méthodes existent aujourd’hui. L’effeuillage n’est pas pratiqué, car sur ce terroir solaire les feuilles protègent le raisin du soleil, et seul un éclaircissage est pratiqué sur les jeunes pieds. Le travail à la vigne préalable permet en effet de limiter les rendements autour de 12-15 hl/ha ! 80% des pieds sont conduits en gobelet (en hausse), 20% en cordon. Les dernières plantations le sont plutôt en gobelet. Les densités sont diverses. Les pieds de 90/100 ans sont à 2500 pieds/ha, avec un enracinement jusqu’à 10 mètres sous terre. Dans les années 1980/1990, il a planté à 3500 pieds/ha. Récemment la tendance est d’augmenter vers 5000 et au delà mais Jérôme Bressy ne veut pas dépasser 5000. En effet, cela augmente certes plus rapidement la qualité de la production des jeunes vignes mais Jérôme Bressy est persuadé que cela va à l’encontre de l’enracinement profond, de la longévité de la vigne et donc diminue sa possibilité d’expression. Jérôme Bressy aime mélanger les portes greffes et les espèces pour plus de complexité et d’harmonie. La date de vendange est essentielle pour Jérôme Bressy (sa mémoire des dates de vendange de chaque millésime le prouve !). Il déguste le raisin tous les jours sur chaque parcelle pour définir la maturité optimale. Il ne mesure plus la richesse en sucre pour ne pas être influencé par l’alcool. Les blancs sont récoltés le matin tôt, important pour la fraîcheur des raisins avant pressurage. Certains millésimes sont vendangés tardivement, y compris par exemple 2003 réputé précoce entre le 18 septembre et le 10 octobre. La maturité phénolique n’était pas atteinte avant (la pulpe et les pépins étaient verts, la peau amère, les tannins verts).
Sa manière de vignifier
Pour le blanc : après le tri, le pressurage se fait directement puis débourbage naturel et fermentation sur lies 10 à 12 mois. La malolactique se fait ou non selon les millésimes. Ajout de 35 mg/l de SO2. Jérôme Bressy recommande de les servir à 14/15°C pour ne pas les "casser". Depuis 2005, il n’utilise plus de bois pour la vinification des blancs, pour conserver la pureté et la subtilité des arômes et ainsi affirmer et affiner le style sudiste de ses vins, différent du style Bourguignon qu’il aime beaucoup par ailleurs. Jérôme Bressy aimerait par exemple retrouver dans ses vins l’arôme de fleur de vigne qu’il a découvert chez les Châteauneuf-du-Pape blancs du Château Rayas. Les types de contenants pour l’élevage des vins rouge ont été modifiés plusieurs fois ces dernières années. En 1996-1997, tout a été vinifié en cuve, puis des fûts de chêne pour 1/3 neufs, 1/3 d’un vin et le reste en cuve, sauf en 2001 qui n’a pas vu de bois neuf (pièces d’un vin). Enfin, en 2003, il est revenu au bois neuf pour 50%, mais des demi-muids (600 litres), contenants traditionnels de la région qui permettent un boisé mieux intégré. Aujourd’hui la vinification varie un peu selon le millésime mais reste toujours guidée par sa philosophie qui est d’intervenir le moins possible pour conserver toute l’expression des terroirs. Jérôme Bressy laisse le raisin macérer dans son jus et il donne ce qu’il veut bien donner. Il ne veux pas sur-extraire, prendre plus que nécessaire : une extraction noble donne une belle texture de tannins, plus soyeuse. Jérôme Bressy met un peu de soufre pour la pureté du vin et éviter les déviations. Enfin, on note l’utilisation des fleurs de bouchon de 6 ans d’âge (environ 1 euro pièce). Il s’en produit seulement 50000 par an. Il mesure 54 mm et est fait d’une sélection très rare de fleur de liège par la maison Sagrera à Pallafrugell en Catalogne (Espagne). Les bouchons n’ont pas de revêtement et ils sentent plus le pain d’épices que le liège. Ils sont en effet vraiment magnifiques. Il prend la moitié de la production, l’autre moitié est réservée au domaine Leroy. Important : il ne faut surtout pas s’inquiéter lorsque vous voyez la couleur du bouchon, car il devient rapidement rouge, mais ce n’est pas un défaut ! Beaucoup de clients ont cru à une perméabilité et une oxydation, alors qu’il n’en est rien. C’est naturel. Jérôme Bressy aimerait commercialiser ses millésimes rouges lorsqu’ils sont prêts à boire, après 4-5 ans minimum. Difficile bien sûr à réaliser mais cela éviterait les incompréhension dues à des bouteilles ouvertes trop tôt (par exemple sur le 98), en outre le vin évolue beaucoup les premières années pour se stabiliser après une dizaine d’années.
Photos et informations non contractuelles

Mentions légales

En vertu de l'article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance
dans l'économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.wine-love.fr
l'identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :
Le propriétaire et/ou éditeur est une personne morale.
Propriétaire et/ou éditeur du site : WINE LOVE - GEORGES UNIA
Statut : Affaire personnelle commerçant - SIRET : 40297936300015 - APE 522J
Adresse éditeur : Chalet Virginie LE VIEUX SERVOZ - 74310 SERVOZ - FRANCE
Responsable publication : GEORGES UNIA, Responsable légal
Mail responsable publication : wine.love@live.fr
Graphisme et Web Design : LUCIE KRYS - www.elucidee.com
Développement : GUILLAUME MERMILLOD - www.guillaumemermillod.com
Hébergeur : OVH - RCS : 424 761 419 00011
Adresse hébergeur : 140 Quai Du Sartel , 59100 Roubaix, France
Crédit photos : Wine Love - Monika Dalmasso - 123RF - Lucie KRYS

Charte qualité Wine Love

Sachez que la plupart des vins sont en culture bio, voire biodynamique, ou en culture raisonnée.
Tous les vins sont goûtés et sélectionnés chez le producteur, avec visite dans les vignes et les chais.
Les vins sélectionnés sont issus de vendanges à la main, suivi d'une table de tri, les levures sont indigènes, peu de soufre (SO2), petits rendements, pressoir pneumatique…
Les vins ne rentrant pas dans cette catégorie seront signalés, et les informations disponibles dans la fiche de dégustation.
( Exemple: vendange mécanique,pas de table de tri, levures ajoutés etc…)
Toutes les informations sur la conduite de la vigne, et la vinification sont disponibles dans les fiches producteurs.

Les vins voyagent de manière optimale, dans des périodes de température compatible avec le transport du vin, en été par camion réfrigéré.

Le stockage se fait dans une cave tempérée.
85% d'hygrométrie.
Peu d'inertie, 11° en hiver 13° en été.
Pas de lumière.
Pas de vibration.

Problèmes de bouchon :
Les vins sont repris et échangés, après le contrôle qualité.